Actualité > Expositions

Film : La Terre des pharaons - Vendredi 25 janvier - 18h30 - suivi d'un débat

Auditorium de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine - à 18h30 - Cycle ""Imaginaire du chantier"

La Terre des pharaons Film de Howard Hawks. Avec jack Hawkins, James Robertson, Joan Collins. Etats-Unis, 1955, couleur. VOSTF. Durée : 1h46.

Débat avec Jean-Pierre Adam, architecte-archéologue et Vincent Rondot, directeur du Département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre.
Modération, Benoît Melon : architecte et urbaniste en chef de l’Etat, directeur de l’Ecole de Chaillot.

Angoissé par l’approche de sa fin, le pharaon Khéops conclut un marché avec son architecte, Vashtar, tombé en esclavage avec tout son peuple. Le prix de leur affranchissement ? L’érection d’une sépulture inviolable, où le pharaon pourra emporter dans l’au-delà son fabuleux trésor. Vashtar dessine donc une formidable pyramide, sur le chantier de laquelle travaillent sans relâche des milliers d’esclaves, dans des conditions chaque jour plus inhumaines. Mais Khéops s’est épris d’une belle chypriote, la princesse Nellifer, dont il fait bientôt sa seconde épouse. Ambitieuse, veule et cupide, l’intrigante ourdit un complot pour assassiner son mari, sa première femme et leur fils, et s’emparer du pouvoir… Co-scénarisé par l’écrivain William Faulkner, ce péplum haut en couleur, tourné en Egypte et en cinémascope par le génial cinéaste du Port de l’angoisse, du Grand sommeil ou de Rio bravo, met en scène comme un fabuleux grand spectacle, sur des décors signés Alexandre Trauner, et avec la participation de près de 10 000 figurants, la construction de la célèbre pyramide il y a plus de 4500 ans. Sans craindre quelques anachronismes et beaucoup de romanesque, il peint sans concession un vrai théâtre de la cruauté.

Georges-Henri Pingusson (1894-1978). Une voix singulière du mouvement moderne

Du 16 février au 2 juillet 2018 Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Paris 1 place du Trocadéro et du 11 novembre - Paris 16e Ouvert tous les jours sauf le mardi de 11h à 19h Nocturne le jeudi jusqu’à 21h

Georges-Henri Pingusson a marqué, par son architecture et par ses mots, des générations d’architectes. Son œuvre construite, pour remarquable qu’elle est, ne peut suffire à exprimer ce qu’est le legs de ce passeur indépendant, humaniste, figure charismatique de l’École des Beaux-Arts puis de l’Unité pédagogique n° 5 de Nanterre.

Proche de Robert Mallet-Stevens, de Jean Prouvé et de Le Corbusier, Georges-Henri Pingusson est pourtant l’une des dernières figures du mouvement moderne français. Architecte aux deux chefs-d’œuvre (l’hôtel Latitude 43 à Saint-Tropez et le Mémorial des martyrs de la déportation à Paris), il a traversé le XXe siècle et produit quantité de projets et de réalisations, empreints d’un total engagement artistique et d’une approche sensible de l’espace.

Ses villas sur la Côte d’Azur dans les années 1920, ses projets d’églises dans les années 1930 puis leur réalisation en Lorraine autour de 1960, mais encore ses réflexions sur le logement ou les matériaux de construction : autant d’éléments dont l’analyse doit renouveler l’image stéréotypée souvent donnée de ce créateur, qui a toujours cherché à questionner et à transcender le modernisme, quitte à se tenir à la marge ou à renoncer à certains projets.

Son engagement pour la modernisation de l’architecture et du cadre de vie fut constant : de l’Union des Artistes modernes (UAM) au Syndicat des Architectes de la Seine (SAS) en passant par l’Association française de normalisation (AFNOR) ou l’éphémère Société Architecture et Préfabrication (SAP), Georges-Henri Pingusson a été au cœur des grands débats sur la place de l’architecte dans la société, sur l’enseignement, les rapports entre art et industrie, le Grand Paris…

Au terme d’une carrière de plus de cinquante ans, Georges-Henri Pingusson a laissé un fonds d’archives exceptionnel, aujourd’hui conservé au Centre d’archives de la Cité de l’architecture & du patrimoine. Cette somme de documents graphiques, auxquels ont été associés des meubles pour la plupart jamais présentés au public, témoigne de l’extrême variété de sa production.

ICOMOS - RESTAURER LES BÉTONS : LA MASSE ET L'ÉPIDERME

A Grenoble, les 23 & 24 Novembre 2017 + le 25 Visites inédites réservées aux inscrits

A l’occasion du bicentenaire de la découverte des procédés d’hydraulicité des chaux et ciments modernes par Louis Vicat, ingénieur d’origine grenobloise, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et l’Université de Grenoble, se mobilisent pour organiser un programme de manifestations intitulées « 200 ans du béton Grenoble 2017 ». Ces manifestations ont reçu le soutien notamment de la Ville de Grenoble, de la Métropole, du Département et de divers organismes et entreprises.
Programme https://200ansdebeton.files.wordpress.com/2017/09/programme_200ansdebeton.pdf

Dans le cadre de ce programme, ICOMOS France et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble organisent deux journées scientifiques. La journée du 23 pilotée et accueillie par l’ENSAG traitera de l’histoire, de la définition et des usages du béton. Le colloque du 24 novembre, organisé par ICOMOS France, présentera des cas d’étude exposant les avancées sur les méthodes d’analyse et la restauration des bétons.

Ces rencontres permettront de faire le point sur les progrès scientifiques relatifs à l’étude des bétons, l’évolution de la connaissance sur les pathologies, les traitements et les restaurations 20 ans après le colloque ICOMOS France qui avait donné lieu à une publication de référence.

23 NOVEMBRE 2017

journée | ENSA Grenoble
Séminaire international : Architectures en béton dans les Alpes. Réinterroger le béton à partir du local
dans le cadre des 200 ans de béton - Grenoble 2017
Organisation Labex AE&CC de l’ENSAG - UGA
Inscriptions :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfgMAObwvGeCLfw0PkrD-d2sOSwjf4ej6kJHOYpUf_C-niyPw/viewform

19h | Auditorium du Musée de Grenoble
Conférence inaugurale de Paul Chemetov
Inscription : http://france.icomos.org/fr_FR/ICOMOS-France/inscriptions/Restaurer-les-betons-la-masse-et-l-epiderme/Restaurer-les-betons-la-masse-et-l-epiderme/signin

24 NOVEMBRE 2017

8h45 - 17h15 | Auditorium du Musée de Grenoble
Colloque international de l’ICOMOS
Restaurer les bétons : la masse et l’épiderme

Avancées sur les méthodes d’analyse et les pratiques de restauration
Organisation ICOMOS France
Inscription : http://france.icomos.org/fr_FR/ICOMOS-France/inscriptions/Restaurer-les-betons-la-masse-et-l-epiderme/Restaurer-les-betons-la-masse-et-l-epiderme/signin

25 NOVEMBRE 2017

Visites inédites réservées aux inscrits

Journée d'étude le 23 mars - 9h - 16h30 Le plâtre et la couleur - 2ème partie

Le plâtre peint

A la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine
11 rue du Séminaire de Conflans 94220 Charenton-le-Pont
Métro ligne 8 – Station Liberté
Bus 24 ou 109 – Arrêt Pont Nelson Mandela

Programme de la journée : http://www.museeduplatre.fr/fichiers_site/a4444ass/contenu_pages/GRPA/Journee%20GRPA%20-%20Le%20platre%20peint%20-%2023%20mars%202018.pdf

JOURNEE DOCTORALE « La maison, le palais : une histoire du bâti protégé ». de l'Ecole de Chaillot

vendredi 8 décembre (9h30-17h30) à l’auditorium de la Cité de l’Architecture & du patrimoine

Cette journée doctorale prolonge celle de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 7 décembre, premier volet réservé à la diversité des approches de l’histoire de l’architecture domestique et résidentielle du Moyen-âge à nos jours. Elle est dédiée à l’architecture domestique et résidentielle protégée.
Durant cette journée, ces espaces bâtis seront questionnés sous différents angles : l’historique de la protection, la définition du corpus concerné, l’échelle de la protection de l’architecture domestique et résidentielle, ses modalités de protection et de prescription au regard des outils anciens et contemporains, la nature de l’intervention sur ce bâti. Ces différentes approches sont sous-tendues par des usages, des contextes historiques urbains, des critères socio-économiques et culturels. Permanences, réminiscences, ruptures, transitions progressives ou fulgurantes de ce bâti protégé seront au cœur des débats et analyses proposés.

Programme :

9h30-9h45 : Introduction à la journée doctorale, par Laurent Cathiard, architecte du patrimoine, doctorant en Histoire de l’architecture Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Ecole de Chaillot

9h45-10h15 : « Le rôle joué par l’Inventaire Général dans la protection du bâti », par Jean-François Belhoste, Directeur d’études à l’EPHE (Sciences historiques et philologiques)

10h15-10h45 : « La reconstruction à l’identique des maisons Monuments historiques », par Laurent Cathiard

10h45 : échanges avec la salle

11h-11h15 : pause-café

11h15-11h45 : « Les Romains ont-ils pensé une politique de préservation de leurs édifices privés, résidentiels ou palatiaux ? », par Eric Morvillez, HdR, Maître de conférences, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse (Archéologie et Histoire de l’art antique)

11h45-12h15 : « Les résidences princières de la fin du Moyen Âge : restaurations et restitutions extérieures et intérieures », par Florian Meunier, Conservateur en chef du patrimoine au département des Objets d’art du musée du Louvre

12h15-12h30 : échanges avec la salle

12h30-13h30 : pause déjeuner

13h30-14h00 : « Les maisons d’Orléans du Moyen Âge et de la Renaissance (12e-16e siècles) : renouveau des connaissances et apport de l’archéologie du bâti », par Clément Alix, Archéologue du bâti (Pôle d’Archéologie, Ville d’Orléans) et Chercheur associé au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours

14h00-15h30 : « Versailles, un palais sous haute protection, ou jamais 2 sans 3… », par Frédéric Didier, Architecte en chef des Monuments historiques

15h30- 15h45 : échanges avec la salle et pause

15h45-16h15 : « La Maison, le Palais : une histoire du bâti protégé. Le village du Mont-Saint-Michel et son évolution. Après le classement de l’Abbaye en 1862 », François Jeanneau, Architecte en chef des Monuments historiques, Inspecteur Général des Monuments historiques

16h15-16h45 : « Entre connaissance et protection, la fabrique du patrimoine rural », par Pascal Liévaux, Conservateur du patrimoine, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (DPRPS), Direction générale des patrimoines, Ministère de la culture et de la communication

16h45 : échanges avec la salle

17h00 : clôture